1.a – Le Parti Libéral du Québec : Des pancartes plutôt que le Web

Posted on 3 minute(s)

De tous les partis politiques, la Parti Libéral semble celui qui a la culture numérique la moins bien développée. Je reviendrai dans les autres billets pour étoffer mon propos, contentons-nous pour l’instant à la simple analyse de tâches.

PLQLe programme est facilement accessible à partir du menu de gauche. Menu classique et clair. Toute personne retrouvera facilement le programme. Au moment de ma visite d’analyse (ce week-end), un autre lien conduisant à un Pdf du programme apparaissait sur la zone centrale du site. Même si cet ajout rend plus accessible le programme, le fait d’avoir 2 entrées différents à des présentations différentes d’un même document, n’est pas l’idéal. C’est porteur de confusion. Ce doublon est aujourd’hui disparu.

Étrangement, ce Pdf n’est pas accessible dans la section « Notre programme », là où normalement il devrait apparaître. Il est plutôt caché dans la section « documents à télécharger ».

Passons à la tâche suivante : le don. Rapide et simple comme tâche : le don en ligne est impossible. Non seulement il est impossible de faire un don en ligne, mais il n’est jamais mention de don sur le site du Parti Libéral, ni même par téléphone ou par la poste. Rien. Les finances du Parti Libéral du Québec doivent très très bien se porter pour qu’ils oublient d’en faire mention.

PLQ
Dernière tâche : qui est mon candidat ? On peut accéder directement à l’ensemble des candidats via le menu de gauche à une section où sont classés tous les candidats. Par défaut, ils sont en ordre alphabétique de … prénom (??) et oui de prénom (tant pis si votre candidat s’appelle Yvon). On peut aussi changer le classement pour les trier par nom de famille ou par circonscription. Par contre, il n’y a aucune recherche qui permettrait d’éviter le défilement des pages (125 candidats / 9 par page = 14 pages), si je ne connais pas ma circonscription. Dans ce cas, trouver mon candidat est non seulement impossible mais en plus je risque d’y perdre beaucoup de temps. On comprend pourquoi le Parti Libéral a été si rapide à poser ses pancartes dans la rue; ce n’est pas avec le Web que la population pouvait trouver son candidat.

Sur les trois tâches simples de base, le Parti Libéral du Québec en échoue lamentablement deux.


Lire la série:

La discussion est ouverte

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aucun commentaire