Le Web des “Top 25 PME”

Posted on 2 minute(s)

Excellente initiative de Mathieu Ouellet et Michael Carpentier sur le blogue Les bonnes fréquentations, qui ont débuté l’analyse des 25 plus importantes PME du Québec: « une évaluation sommaire de leurs sites Web teintée de sens critique, de gros bon sens, de quelques conseils et d’un peu d’humour »”.

Chaque année, le journal Les Affaires publie la liste des 300 PME les plus importantes du Québec. Ouellet et Carpentier ont donc décidé d’aller voir voir comment les 25 plus importantes entreprises de cette liste, utilisent le Web pour soutenir leurs activités.

Je trouve cet exercice très intéressant et original. Nous avons l’habitude de voir des analyses réalisées pour les fins d’un concours (ex. Boomerang, Octas, etc) ou d’une évaluation comparative auprès de sites sélectionnés (ex. Indice Secor). Mais rarement avons-nous profité d’une analyse avec un tel échantillon. En effet, dans cet exercice, pas de site grand public, pas de de stars du Web, pas de grandes innovations; juste du Web bien réel, bien ordinaire.

Alors que les concours et “indices” analysent, comparent les bonnes pratiques ou les sites qui se veulent distinctifs, ici, nous avons droit à une comparaison d’activités Web qui se rapprochent probablement le plus de ce que les agences Web confrontent quotidiennement : des clients avec des prétentions Web souvent modestes, avec des connaissances et des objectifs disparates, avec une compréhension des possibilités et enjeux Web tantôt fortes, tantôt faibles, etc…

Mon seul regret, face à cet exercice, c’est que les auteurs limitent leur analyse aux aspects plus techniques sans poser les “questions préalables”: semble-il y avoir une stratégie Web ? Est-elle pertinente? Le site répond-il à cette stratégie ? Mais il est vrai que ce serait probablement trop en demander aux auteurs.

D’ailleurs une discussion s’est amorcée sur la pertinence de l’exercice.

Les auteurs en sont à les 6 premières analyses. Encore 19 à venir. Nous aurons probablement l’occasion d’y revenir.

Bon courage les gars!

La discussion est ouverte

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 Comments
  • Mathieu Ouellet
    19 février 2008

    Merci Yves pour tes bons commentaires.

    Il aurait effectivement été très intéressant d’évaluer la stratégie web (et les résultats), mais, comme tu le disais, il aurait fallu y investir encore plus de temps et, surtout, il aurait fallu discuter de tout ça avec les PME en question. Nous avons préféré analyser les sites à partir de données que l’on peut évaluer de l’externe et jouer le rôle du visiteur parce que, dans le fond, c’est le résultat qui compte. ; )

  • Mathieu Ouellet
    19 février 2008

    Merci Yves pour tes bons commentaires.

    Il aurait effectivement été très intéressant d’évaluer la stratégie web (et les résultats), mais, comme tu le disais, il aurait fallu y investir encore plus de temps et, surtout, il aurait fallu discuter de tout ça avec les PME en question. Nous avons préféré analyser les sites à partir de données que l’on peut évaluer de l’externe et jouer le rôle du visiteur parce que, dans le fond, c’est le résultat qui compte. ; )

  • Michael
    19 février 2008

    Merci, un grand et gigantesque merci!

    Yves, je pense que tu as résumé encore mieux que nous ce que nous visons: rappeler que 99,5% du Web est constitué de sites qui ne participeront jamais à des concours, bâtis par des agences qui négocient avec des clients “normaux”, dotés de budgets tout aussi normaux. Et se rendre compte qu’au-delà des sites lauréats, il existe une réalité qui mérite qu’on s’y attarde, ne serait-ce que pour réaliser à quel point ces entreprises ont du rattrapage à faire, même avec les concepts de base qui semblent rabattus pour les experts du domaine.

    Ton regret est aussi le nôtre: nous avons essayé de parler un peu de la stratégie et des aspects plus difficilement mesurables par le biais de nos commentaires et recommandations, alors que les aspects plus quantitatifs sont traités par le biais de la grille d’analyse. Encore une fois, le choix de la grille est en lui-même subjectif. Nous ne prétendons pas à l’objectivité, et tentons de rester transparents à propos de nos affiliations professionnelles.

    Nous ne souhaitions que lancer une réflexion cette année et elle semble finalement prendre racine. Il serait intéressant d’étendre le “jury” l’an prochain… Des intéressés?

  • Michael
    19 février 2008

    Merci, un grand et gigantesque merci!

    Yves, je pense que tu as résumé encore mieux que nous ce que nous visons: rappeler que 99,5% du Web est constitué de sites qui ne participeront jamais à des concours, bâtis par des agences qui négocient avec des clients “normaux”, dotés de budgets tout aussi normaux. Et se rendre compte qu’au-delà des sites lauréats, il existe une réalité qui mérite qu’on s’y attarde, ne serait-ce que pour réaliser à quel point ces entreprises ont du rattrapage à faire, même avec les concepts de base qui semblent rabattus pour les experts du domaine.

    Ton regret est aussi le nôtre: nous avons essayé de parler un peu de la stratégie et des aspects plus difficilement mesurables par le biais de nos commentaires et recommandations, alors que les aspects plus quantitatifs sont traités par le biais de la grille d’analyse. Encore une fois, le choix de la grille est en lui-même subjectif. Nous ne prétendons pas à l’objectivité, et tentons de rester transparents à propos de nos affiliations professionnelles.

    Nous ne souhaitions que lancer une réflexion cette année et elle semble finalement prendre racine. Il serait intéressant d’étendre le “jury” l’an prochain… Des intéressés?