« La gratuité est une problématique de volume », Jeff Mignon

Posted on 2 minute(s)

Jeff Mignon est connu dans le milieu des médias et des blogues pour sa conviction souvent répétée que les journaux doivent envisager l’accès à l’intégralité de leur contenu sur le Web afin de faire face aux changements d’habitude de consommation des lectorats. On peut lire son blogue, sur lequel il développe sa pensée : Media Café.

Jeff Mignon a donné une entrevue à LesAffaires.TV que je vous invite à écouter. Une phrase a particulièrement attirer mon attention: « la gratuité est une problématique de volume ».


Les contraintes d’un petit marché

J’aime bien cette formule car elle résume bien la situation très particulière à laquelle nous sommes confrontés au Québec. Car qui dit volume, dit gros marché. Or, je ne surprendrai personne en disant que le Québec est un très petit marché, surtout à l’échelle Web. Les internautes du Québec ont généralement comme point de référence les sites américains ou européens qui profitent de marchés nettement plus larges. Et les pressions sont fortes pour qu’éditeurs et entrepreneurs Web adoptent les mêmes modèles d’affaires que dans les grands majeurs internationaux. Ce qui, avouons-le, n’est pas toujours évident.

Les modèles d’affaires courants aux États-Unis et en Europe, ne sont pas toujours facile à adopter pour le marché francophone local. On doit faire preuve de beaucoup d’imagination pour réussir. Pour les médias d’informations, présenter l’ensemble du contenu sur le web, ne se pose pas simple en terme de “cannibalisation” (du papier par le Web). Dans les petits marchés cette question est nettement plus complexe.

La discussion est ouverte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Comments
  • Eric Baillargeon
    2 octobre 2007

    Il n’y a pas de petit marché quand les choses sont bien faîtes sur le Web. Ce qui manque surtout pour le moment est la diversification des annonceurs avec une régie publicitaire mondiale au niveau géo-linguistique. Et cela s’en vient !

  • Eric Baillargeon
    2 octobre 2007

    Il n’y a pas de petit marché quand les choses sont bien faîtes sur le Web. Ce qui manque surtout pour le moment est la diversification des annonceurs avec une régie publicitaire mondiale au niveau géo-linguistique. Et cela s’en vient !