Mes 8 questions…

Comme toujours, Clément Laberge comprend vite et bien. Un de mes derniers billets, « Des élections et du numérique », pouvait se résumer ainsi : les partis politiques peuvent-ils pour une fois aborder les questions numériques en parlant de la vision politique qui les définit? Clément, en garçon très pragmatique, a repris l’idée en produisant une série de 12 questions directes adressées aux porte-paroles numériques des partis politiques; ce qui obligerait chacun (s’ils jouent le jeu)  à proposer des réponses qui seront teintées de leur orientation politique et de leurs valeurs.

La proposition de Clément pourrait ainsi rendre très claire la lecture différente qu’ont les partis politiques de nos défis numériques

Clément nous à invite à contribuer à son questionnaire. Bien sûr, je prends la balle au vol et y ajoute les miennes.

À mon tour de vous inviter à proposer vos questions et en les inscrivant dans le document ouvert qu’il a mis à notre disposition.


Mes questions :


Commerce en ligne :

Le défi du commerce en ligne est complexe. Les difficultés actuelles ne tiennent pas totalement dans la timidité des commerçants locaux à faire le virage qui s’impose pour suivre leur clientèle. Le défi tient aussi à la concentration très forte  dans le commerce en ligne dans les mains de quelques gros joueurs. Ex. 50% du commerce en ligne américain passe présentement par la plateforme Amazon.

  1. Doit-on soutenir la transformation numérique des commerçants par des programmes d’accompagnements, de transfert de connaissance (et de compétences) et un soutien financier?
  2. Doit-on encourager des solutions innovantes (privées ou publiques) qui mise plutôt sur la mutualisation de ressources et de services pour offrir aux commerçants des environnements logistiques qui les rendraient plus concurrentiels?
  3. Doit-on laisser l’initiative aux entreprises qui auront à développer compétences et financement pour rejoindre ces nouveaux marchés électroniques?


Éducation

Un peu partout à travers le monde, on voit se multiplier de nouvelles institutions d’enseignement (principalement privées), de niveau universitaire ou technique. Est-ce qu’un réseau public comme celui du Québec doit répondre avec un service concurrent (type eCampus)? Si oui, quels en seraient les principaux objectifs étant donné qu’un tel service ne pourrait jamais offrir un éventail de formations aussi large que l’offre globale disponible sur le marché en ligne?


Démocratie

Nous sommes face à un étrange paradoxe :  celui d’une société instruite comme jamais dans l’Histoire, mais en pleine crise de confiance face au pouvoir et face à ses institutions. Cela malgré tous les outils de communication et de réseautage à notre disposition. Comment les ressources numériques peuvent-elles contribuer à augmenter transparence, engagement et participation ? Comment des changements dans la gouvernance de l’État peuvent y contribuer?


Culture

Comment les nouvelles formes de diffusion des produits culturels (numériques) reconfigurent-elles notre identité culturelle? Doit-on revoir notre façon de penser et définir notre culture nationale?


Santé

Le marché des applications mobiles pullule de nouveaux outils d’aide à la santé et à la mise en forme. Un marché totalement dominé par le secteur privé; habituellement international (c’est-à-dire américain). Quel rôle cet essor pour les applications liées à la santé peut-il avoir dans notre réseau public de la santé ?


Ville et transport

Les camions de transports, les livreurs, les autobus, les taxis, les VTC, les GPS privés, les bixis, les véhicules en autopartage, accumulent chaque jour des quantités impressionnantes d’information sur nos déplacements et notre manière d’utiliser nos villes. Comment peut-on mutualiser une partie de ses informations pour mieux planifier les villes , nos transports et nos déplacements, ainsi que pour soutenir ces entreprises dans l’amélioration de leurs services?


Développement régional

Comment la popularité croissante du travail à distance et du travail autonome peuvent-ils être des alliés au développement régional?


Développement régional

Comment l’utilisation des technologies numériques peut-elle contribuer à soutenir et raffermir les économies régionales? C’est-à-dire comme la mise en réseau d’informations, de ressources, de fournisseurs, de données, etc, peut-elle créer de nouvelles opportunités économiques?


Crédit photo: rawpixel sur Unsplash

4 Comments
  • Jean-Robert Bisaillon
    août 27, 2018

    Bonjour M. Williams, je ne vois pas vos questions dans le document collectif proposé par M. Laberge. Il en va de même pour vos idées en matière de sensibilisation à l’usage des données par nos futurs élus. Il serait bien de pouvoir parvenir à un cadre de réflexion synthétique et pragmatique. Je me réjouis à l’avance de participer à cet échange.

  • ywilliams
    août 27, 2018

    Merci Jean-Robert.
    1) Mes questions seront ajoutées au document de Clément. Ça ne serait tarder. Ainsi que la contribution d’autres personnes, j’espère. Peut-être même les tiennes ?

    2) Pour ce qui est de la sensibilisation à l’usage des données et à leur valorisation, le sujet est plus complexe et demanderait des billets dédiés sur le sujet. Un peu comme le billet précédent où j’essaie d’aborder indirectement la question.

    Le sujet des données peut facilement devenir technique, alors que pour la période de la campagne électorale, ce sont surtout les aspects politiques qui m’intéressent. C’est d’ailleurs pour cette raison que si j’en parle, ce sera surtout pour souligner les avantages de leur mutualisation et la création de nouveaux communs grâce à leur partage et leur ouverture.

  • ywilliams
    août 27, 2018

    Bien hâte de lire. Merci!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *