Les candidat-e-s, des militant-es numériques qui s’ignorent

Chères candidates,  chers candidats,

Durant cette campagne électorale, vous aurez la chance unique de travailler avec l’un de ces nouveaux logiciels dont se sont dotés tous les grands partis politiques. Petits bijoux qui ont pour noms « Gestion PQ », « Lib Contact », « Coaliste ». Ce sont les versions les plus récentes d’outils qui s’inspirent de nombreuses expériences électorales au Québec, au Canada et aux USA.

Ces outils recoupent bien sûr les informations issues de la liste électorale officielle du DGEQ . C’est donc dire le nom de toutes les personnes inscrites sur cette liste, avec adresse, date de naissance et sexe. À cela s’ajouteront des informations recueillies sur nous,  nos quartiers, nos catégories sociodémographiques, nos groupes d’âge, etc. Des informations tantôt produites ou tantôt achetées (ex. : des bases de données spécialisées; listes de no de téléphone domicile ou cellulaire). Dans certains cas, ce seront des informations plus directes issues d’une interaction avec votre parti ou suite à un sondage partisan qu’on aura complété un soir d’indignation  (ou d’égarement) qui vous fournira des précisions sur certaines préoccupations politiques et quelques informations personnelles complémentaires.

Vos partis politiques nous ont fichés dans leur base de données; les partis nous connaissent bien. Ce n’est pas nouveau. Le pointage électoral existe depuis belle lurette. Mais disons que depuis une dizaine d’années, le pointage s’est métamorphosé en art de la collecte et de la gestion de la donnée. Certains d’entre vous utiliseraient même l’intelligence artificielle pour cruncher ces magmas d’informations afin de dégager les profils d’électeurs prioritaires vers lesquels vous dirigerez un maximum d’effort.

N’ayez crainte, je ne vous accuserai pas de suivre les traces de Cambridge Analytica en poussant trop loin la chasse aux informations personnelles. Même si la législation vous donne beaucoup de latitude, plus en tout cas que pour les entreprises privées, il semblerait que vous restiez modeste dans la collecte, loin de ce qui se fait aux USA et en Angleterre. Notamment, que vous ne pompez pas nos réseaux sociaux. J’ai confiance que le DGEQ garde un œil (ou deux) sur vous et sur toutes ces données personnelles que vous accumulez . Quoiqu’il en soit, là n’est pas mon propos dans ce billet.

Chers candidats, chères candidates,  durant cette campagne, vous travaillerez donc avec des artistes du numérique, vous aurez la chance de voir, de vivre, de comprendre l’importance d’une gestion efficace des données dans la prise de décision, l’importance de leur analyse fine, de leur accessibilité, de leur portabilité, de la facilité de leur visualisation. En politique, il est toujours essentiel d’aller au-devant de la population pour serrer des mains, mais en 2018, c’est tout aussi essentiel (sinon plus) de bien connaître cet électeur-cette électrice, de connaître ses intentions, de devancer ses intérêts, de savoir ce qui le-la fait bouger ou reculer. Toute les informations recueillies avant et pendant la campagne vous aideront à orienter vos actions et à rafiner vos stratégies. Et à la fin de cette élection, dans votre circonscription comme dans l’ensemble de la province,  les gagnants ne seront pas nécessairement ceux-et-celles qui auront rencontré le plus d’électeurs, ni ceux-et-celles qui auront souri au plus grand nombre de bébés. Il est probable que les candidats qui auront mieux travaillé la granularité de leurs interventions marqueront le plus de points, là où ça compte vraiment.

Chères candidates, chers candidats, à la fin de cette campagne vous serez des partisans convaincus des mégadonnées. Vous en aurez l’expérience, vous en serez les bénéficiaires. Vous aurez peut-être vous-mêmes commencé à développer une culture de la donnée, par cette expérience directe. N’oubliez surtout pas ce moment. Lorsque vous serez député, ministre ou premier ministre, rappelez-vous ce moment. Rappelez-vous comment cette culture de la donnée fut importante, comment la logistique des données est importante dans l’action, dans la prise de décision, dans la compréhension de la réalité. Rappelez-vous en, car c’est à vous qu’incombera la responsabilité d’importer cette culture de la donnée dans l’appareil gouvernemental.

Développer cette culture de la donnée, ce n’est pas que promettre l’accessibilité et le partage de données (comme commence à le faire – à petits pas – le gouvernement du Québec depuis quelques années), c’est aussi et surtout de revoir la connexion des travailleurs, des fournisseurs, des intervenants et des outils de votre organisation afin de faciliter la circulation des informations (des données). C’est de mettre en place des mécanismes de monitorage, de captation, d’analyse, de production de modèles d’analyse, et de nouvelles stratégies de diffusion.

Ultimement, la culture de la donnée devrait être orientée pleinement vers le citoyen; après tout, l’État, c’est chez lui. Vous savez plus que moi à quel point le cynisme est généralisé au sein de la population. Ce cynisme est largement entretenu par le sentiment d’impuissance et de méfiance qui se développe face à un monde complexe et opaque. Ce sera votre rôle comme député.e, comme ministre, comme premier ministre de rendre le bout de monde qui est sous votre responsabilité le plus transparent, le plus accessible, le plus visible possible. Vous gagnerez en crédibilité tout autant que vous aurez aidé à rendre l’appareil d’État moins suspect, plus cohérent, et plus performant.

Le gouvernement multiplie les investissements pour encourager les entreprises à accélérer le pas dans l’utilisation de l’intelligence artificielle et la science des données; la province est un pôle d’excellence reconnu en valorisation de la donnée grâce à ses centres de recherche et la qualité de son enseignement dans ce domaine.  Lorsque vous serez élu-e, usez de votre leadership pour non seulement consolider ces initiatives, mais assurez-vous que l’appareil gouvernemental puisse profiter des percées de cette grappe émergente.

Si durant votre mandat, vous réussissez ainsi à rendre cette structure un peu plus souple, un peu plus innovante, un peu plus accessible, nous serons tous gagnants comme société.

Chers candidats, chères candidates, je vous souhaite une belle campagne électorale. Et profitez donc de cette période pour questionner un peu vos spécialistes de la donnée afin de cerner comment cette expérience très concrète du numérique pourrait vous aider dans votre action politique une fois que vous serez élus-es.


À lire:

Quelques articles sur les logiciels électoraux utilisés par les partis politiques au Québec :

——
Crédit photo: Josh Riemer sur Unsplash

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *