Se retrousser les manches

3comments No tags Permalink 0

En septembre 2014, avait lieu le Forum des idées pour le Québec organisé par le PLQ sur le thème « Vivre l’innovation ». On nous laissait entendre que l’avenir numérique était à l’agenda du nouveau gouvernement, qu’une vision était en gestation et prendrait forme bientôt. Pourtant, vendredi dernier, M. Couillard nous annonçait « le lancement des consultations sur l’économie numérique » auprès des entreprises québécoises, ainsi que la création d’un groupe-conseil qui accompagnera le ministère dans l’élaboration de la feuille de route en économie numérique, que le gouvernement veut prendre son temps, car l’industrie se porte bien, et qu’il ne voudrait pas faire de dégâts « en arrivant avec ses grosses pattes ».

Fin 2015, nous n’avons pas de plan numérique. Stupeur même, le gouvernement ne parle plus de plan numérique pour se concentrer plutôt sur des « feuilles de route » sectorielles limitées. Comme si la stratégie numérique n’était plus à l’ordre du jour; comme si nous pouvions faire l’économie d’une telle stratégie. Un chapelet de petits pas fait place au plan tant attendu et exigé depuis des lustres.

Que dirions-nous d’un gouvernement qui mettrait en place une feuille de route pour la construction d’un nouveau pont sans faire la réflexion au préalable d’une politique du transport, ou d’un hôpital avant de définir sa stratégie en matière de santé?

Cette tactique-des-petits-pas est un aveu d’impuissance de la part du gouvernement face à des enjeux qu’il n’a pas été en mesure de comprendre. Des enjeux qui lui font tout aussi peur que l’ensemble du développement informatique gouvernemental qui croule depuis des années sous le poids d’une impuissance chronique.

Cette tactique-des-petits-pas reflète une définition restreinte du numérique. On parle ici de l’économie numérique comme si l’urgence se limitait à la faible place de nos entreprises dans le commerce électronique ou au besoin en crédits d’impôt et en rayonnement de nos entreprises spécialisées en développement numérique. Non, le numérique c’est plus. Le numérique ne se limite pas à l’informatique, au web, à la technologie. Le numérique n’est pas qu’une affaire de médias sociaux ou de commerce électronique. Le numérique touche tous les aspects de la vie.

Un monde en mutation

Le monde est en mutation. Chaque jour de nouveaux petits et grands changements. Dans nos poches, nos appareils téléphoniques nous donnent un accès à une base de connaissance plus vaste que jamais les meilleures bibliothèques ne pouvaient rêver offrir; là, maintenant au bout de nos doigts. Nos façons de lire, de s’informer, d’écouter la musique ont changé. Nos façons de voyager, de se déplacer toujours différentes à chaque fois. Les modèles d’affaires sont virés sens dessus dessous pour tenir compte des nouvelles façons de garder contact avec les clients. Des entreprises solides disparaissent le temps de le dire au profit de nouveaux empires instantanés. Rien n’échappera à la mutation en cours. Nos économies, nos organisations de santé, nos institutions d’enseignement, nos lois, nos services publics seront mis sous pression tour à tour.

À travers le monde, les gouvernements sont interpellés afin que ces mutations se fassent dans le respect des conventions démocratiques, des principes d’équité et de justice, que les nouvelles formes de création de valeurs se fassent au bénéfice de la société et non pas seulement au profit d’un petit nombre, et que les nouvelles pratiques émergentes ne menacent pas l’équilibre fiscal nécessaire au maintien de la protection sociale et du patrimoine culturel commun.

Le milieu numérique du Québec tente depuis des années de faire pression auprès du gouvernement provincial pour qu’il prenne acte des changements sociaux en cours et qu’il assume lui aussi, comme ailleurs, son rôle de phare. Mais l’annonce de la semaine dernière s’apparente plus à un déni de réalité et du tâtonnement au hasard. On est loin des actions structurantes qui nous permettraient de passer à travers la tourmente.

Pourtant le Québec recèle de compétences dans tous les aspects du numérique: un entrepreneuship numérique vigoureux (malgré les difficultés liées à l’étroitesse du marché); un foisonnement de startups; des chaires universitaires spécialisées tant sur les aspects sociaux, juridiques, économiques du numérique que sur des thèmes aussi pointus que le Big Data; des spécialistes en santé et en éducation. Compétences, spécialistes, réseaux, bien au fait de l’évolution de la société et des expériences réalisées dans les autres pays occidentaux. Un milieu mature et dynamique capable d’aider le gouvernement à voir plus clair dans ce qui se profile à l’horizon.

Si la consultation proposée par le gouvernement conduit à des propositions ou des actions, tant mieux. Cependant, se limiter aux seules questions posées par l’économie numérique, c’est de s’imposer une vision restreinte de cet horizon. La lutte de l’industrie du taxi contre Uber est un bel exemple; on ne peut pas éviter cette collision simplement en demandant à l’industrie du taxi d’être plus efficace et en resserrant la réglementation. La crise dépasse les taxis et Uber; elle traverse à tour de rôle l’ensemble des industries et des façons de faire. Une nouvelle chaîne de création de valeurs émerge et change radicalement l’économie.

En limitant tel qu’il le fait sa consultation, il n’aura même pas les outils nécessaires pour poser un diagnostic efficace de ce qui devait être sa priorité.

Se retrousser les manches

Nous avons le savoir-faire, la compétence, il ne manque peut-être qu’une volonté commune d’aller jusqu’au bout de la réflexion. Si elle ne vient pas du gouvernement, peut-être est-il temps pour la société civile de se mobiliser pour aider notre gouvernement à prendre acte de l’urgence, et à l’aider à assumer le leadership que lui seul peut porter.

Lorsque voilà quelques années, les premiers activistes de l’open data expliquait l’importance de cet outil pour améliorer la vie démocratique, ils prêchaient dans une mer de scepticisme et d’incompréhension. Aujourd’hui, l’open data commence à s’implanter; plus aucun politicien digne de ce nom ne peut prétendre qu’il ne s’agit pas d’une voie d’avenir.

Le chemin tracé par ces activistes de l’open data est une inspiration. Devant l’inertie du gouvernement, il est sans doute temps pour nous d’arrêter d’attendre que le gouvernement bouge. Nous devons, à notre tour, sensibiliser, mobiliser, expliquer, agir, démontrer les enjeux de la société numérique que se construit autour de nous. Peut-être réussirons-nous à capter un jour l’intérêt du gouvernement.

Il est trop tard pour attendre encore plus longtemps, il est maintenant temps de se retrousser les manches. Ensemble.

Que diriez-vous pour débuter d’une consultation parallèle qui chercherait à élargir notre compréhension des enjeux du numérique?

Qui embarque ?

3 Comments
  • Jean Provencher
    octobre 27, 2015

    Cette attitude gouvernementale est fort triste. Pourquoi retarder, retarder ????? Il est PLUS que temps !!!!!!!!

  • Clément Laberge
    octobre 27, 2015

    Moi j’embarque — mais je souhaite qu’on discute de la forme de cette consultation parallèle. Elle doit être elle même un exemple des enjeux qui seront soulevés — elle doit être différente, Pour permettre/susciter des résultats différents qui, eux pourront capter l’attention des gouvernements.

  • Joé Bussière
    octobre 28, 2015

    Je seconde Clément sur la nature et la forme des consultations qui sont à bien établir. Il faut rapidement en venir à un plan et des actions.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *