Web 2.0, vous dites ?

Posted on 1 minute(s)

Le Web 2.0, vous en discutez à tous les jours avec vos collègues? Vous en développez peut-être? Vous avez vendu l’idée à l’un de vos clients pas plus tard que la semaine dernière. Mais dans la vie de tous les jours, vous utilisez vraiment beaucoup les “sites phares” du Web 2.0 ? Google, Youtube, MySpace, Last.fm, digg, squidoo, spotback, Netvibes, popsugar, Frappr, Lulu, Flickr, Jotspot, Del.icio.us, StumbleUpon, Skype, Technorati, mybloglog…..

Ne soyez pas géné, vous n’êtes pas seul…

[youtube]Td39ZCGFbik[/youtube] Youtube: http://www.youtube.com/watch?v=Td39ZCGFbik

Peut-être pas scientifique comme focus group, mais très instructif.

Vu sur Repliqua : Frappr? What’s a Frappr? Is that a pancake? .

 

La discussion est ouverte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Comments
  • Chrystian Guy
    21 novembre 2006

    Mal de coeur. Encore. Je déteste avoir raison de même. Le web 2.0 n’existe pas. Pas encore en tout cas. Et vous savez quoi? Je vais vous dire un petit secret… Le Village Global Internet n’existe pas non plus. Il y en a des simulâcres en Occident, mais on est loin, très loin de la pandémie. D’ailleurs, j’essaie d’écrire à mon pot Ben Laden et il ne répond pas.

    Mais là, direz-vous, Google, YouTube, Digg, Wikipedia? C’est pas rien. Bien sûr que non. D’ailleurs, de la liste de wily, j’utilise, tout comme mon confrère Afrog, la plupart des nominés et quelques autres non listés. Mais moi, ce n’est pas le monde. Moi, c’est un expert des TI; le monde c’est un expert en d’autre chose: un électricien, un comptable, un col bleu, un actuaire, un médecin… Le monde, c’est autre chose qu’Internet.

    Internet – ou le web :0 – n’est pas une révolution. C’est un vecteur de changement. Vecteur. Changement. Il faut mettre les choses en perpective.

    Il faut comprendre qu’il y a des gens dans le monde qui ont un intérêt particulier à créer les apparences de révolution; ce sont des gens qui ont des choses à vendre en lien avec le phénomène: des journaux, des clics, des livres, des conférences, des abonnements, des services…

    Si vous ne me croyez pas, faites le test en famille pendant le temps des fêtes… la vidéo citée nous donne un bon modèle de focus-groupe. Prière de moins bouger que le très mauvais caméraman de l’exemple en rubrique. Merci.

  • Chrystian Guy
    21 novembre 2006

    Mal de coeur. Encore. Je déteste avoir raison de même. Le web 2.0 n’existe pas. Pas encore en tout cas. Et vous savez quoi? Je vais vous dire un petit secret… Le Village Global Internet n’existe pas non plus. Il y en a des simulâcres en Occident, mais on est loin, très loin de la pandémie. D’ailleurs, j’essaie d’écrire à mon pot Ben Laden et il ne répond pas.

    Mais là, direz-vous, Google, YouTube, Digg, Wikipedia? C’est pas rien. Bien sûr que non. D’ailleurs, de la liste de wily, j’utilise, tout comme mon confrère Afrog, la plupart des nominés et quelques autres non listés. Mais moi, ce n’est pas le monde. Moi, c’est un expert des TI; le monde c’est un expert en d’autre chose: un électricien, un comptable, un col bleu, un actuaire, un médecin… Le monde, c’est autre chose qu’Internet.

    Internet – ou le web :0 – n’est pas une révolution. C’est un vecteur de changement. Vecteur. Changement. Il faut mettre les choses en perpective.

    Il faut comprendre qu’il y a des gens dans le monde qui ont un intérêt particulier à créer les apparences de révolution; ce sont des gens qui ont des choses à vendre en lien avec le phénomène: des journaux, des clics, des livres, des conférences, des abonnements, des services…

    Si vous ne me croyez pas, faites le test en famille pendant le temps des fêtes… la vidéo citée nous donne un bon modèle de focus-groupe. Prière de moins bouger que le très mauvais caméraman de l’exemple en rubrique. Merci.